Mon avicourse 2016

17 mars 2016

SRB_20151225_17197-lowCeux qui me connaissent savent que je ne suis pas fou de l’hiver. Ayant pris congé au travail, pour la session hivernale 2016, il fallait me trouver une bonne source de motivation pour sortir… J’ai donc décidé de m’inscrire à l’Avicourse d’hiver. Elle s’adresse à tous les ornithologues amateurs et consiste à tenter d’observer le plus d’espèces d’oiseaux possibles, durant la période comprise entre le 1er décembre et le 29 février, avec une journée en prime en cette année bissextile.

À partir du moment où l’on s’inscrit, on se fixe des objectifs et on s’investit pour les atteindre. Je me doutais bien qu’il y aurait des participants plus que motivés à parcourir la province à la moindre mention d’un possible ajout à leur liste. Ce n’est pas avec ceux-là que je comptais me mesurer. Cette compétition amicale aura plutôt eu pour effet de me faire sortir presqu’à tous les jours… Peu importe ce qu’indiquait le thermomètre… et le baromètre !

SRB_20160103_17687-low

Une observation inattendue, le 3 janvier, dans la batture gelée près du quai de St-François-de-L’île-d’Orléans: une Foulque d’Amérique, parmi plusieurs Canards colverts et Bernaches du Canada. Et il ne fallait surtout pas se laisser décourager par le vent glacial qui soufflait si fort ce jour là car une espèce supplémentaire se trouvait aussi dans ce groupe…

SRB_20160103_17682-low

… Un Canard pilet mâle qui traînait encore par là. Commun dans nos marais durant le printemps et l’été, tous ces oiseaux vont normalement migrer plus au sud à l’automne. Chaque retardataire représente alors un ajout à notre liste hivernale. Le même jour, d’autres observateurs auront aussi aperçu un Grèbe à bec bigarré. Je n’aurai pas eu cette chance.

N’ayant jamais fait beaucoup d’ornithologie durant la froide saison, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Habituellement, la présence de la gente ailée autour de mes mangeoires me comblait amplement. Je me disais, au début du mois de décembre, que si je réussissais à mettre dans mes jumelles une cinquantaine d’espèces durant l’hiver, ça serait certainement pas mal du tout !

SRB_20160218_24172-low

En hiver, il faut souvent s’attendre à marcher longtemps avant de voir un seul oiseau. Heureusement que la charmante Mésange à tête noire est omniprésente, où que l’on aille, égayant ainsi nos randonnées par ses cris enjoués.

Au terme de trois mois d’observation, 127 observateurs inscrits à travers la province auront réussi à observer 189 espèces différentes, le meilleur score pour une seule personne étant de 138. Je n’en revenais tout simplement pas. Il faut avouer que certaines régions du sud sont un peu plus avantagées quant aux possibilités. Mais tout de même ! Dans la région couverte par le Club des ornithologues de Québec (COQ), c’est plutôt 136 espèces différentes qui auront été aperçues par une trentaine de participants. De ce total, les vainqueurs en auront vu entre 109 et 113. Ce qu’il y a à gagner ? Son nom sur un trophée qui se transmet d’une avicourse à l’autre et il faut le dire, plusieurs belles anecdotes à partager. Quant à moi, à ma grande surprise, j’ai largement dépassé mon objectif avec un total de 88 espèces différentes (81 sur le territoire couvert par le COQ).

 

SRB_20151213_16249-low

Cet Arlequin plongeur immature, un canard plongeur qui apprécie les zones turbulentes, est venu tourbilloner quelques jours, dans les remous de la rivière Montmorency, aux pieds des chutes, à la mi-décembre.

Ce que je retiens de cette expérience ? Malgré le froid, notre faune aviaire demeure beaucoup plus diversifiée que je ne l’aurais imaginé, sans compter les surprises inattendues et les raretés qui se sont présentées tout au long de la durée de l’avicourse. Je retiens aussi un certain esprit de camaraderie dans le partage des informations car après tout, ce n’est pas parce que l’on savait où se trouvait un oiseau en particulier que nous allions le voir automatiquement. Il revenait tout de même à chaque observateur le mérite de le trouver. Mais combien d’heures ai-je pu passer à espérer voir ou entendre un Pic à dos noir ou un Roitelet à couronne dorée, deux grands absents dans mon palmarès de cet hiver ? Car il ne faut pas l’oublier, souvent, c’était aussi une question de chance, celle d’être au bon endroit au bon moment !

En attendant le printemps, je vous souhaite une belle fin d’hiver et Joyeuse fête de Saint-Patrick !

SRB_20160118_19439-low

Cette Buse à épaulettes adulte aura fait bien des heureux près de la rue du Vignoble, à Charlesbourg, tout au long de l’hiver.

En entête: Une Paruline à collier mâle qui sera restée longtemps après les premières neiges, au Domaine de Maizerets, à Québec. On pouvait se demander ce que ce petit insectivore pouvait bien trouver encore à manger.

À titre indicatif, le territoire couvert par le Club des Ornithologues de Québec s’étend de Sainte-Anne-de-la-Pérade jusqu’à Baie Sainte-Catherine et Saint-Alexandre-de-Kamouraska, le long du Saint-Laurent et couvre une partie des terres au sud (Lotbinière, Chaudières-Appalaches, Bas Saint-Laurent), jusqu’au Lac-Jacques‑Cartier dans la Réserve faunique des Laurentides, au nord.

Pour plus de renseignements :

Groupement Oiseaux Québec : http://quebecoiseaux.org/index.php/component/content/article?id=574

La page des oiseaux rares du Québec, un outil fort utile pour orienter le choix d’une destination : http://quebecoiseaux.org/index.php/oiseaux-rares

 

D’autres bons moments de mon avicourse 2016 :

Une veille de Noël pas ordinaire

Le Grand dénombrement des oiseaux de février

Advertisements

5 avis sur « Mon avicourse 2016 »

    • Merci pour ton intérêt.
      Par ailleurs, je peux te rassurer: j’en connais plusieurs qui vivent ici et qui ne connaissent pas forcément ces espèces non plus. C’est un plaisir de vous faire découvrir ce que l’on retrouve chez nous !

      J’aime

  1. plus de trente espèces trouvées en plus de ton objectif, on peut dire que tu as fait une belle  » course »….Félicitations et merci pour ces photos…

    J’aime

  2. Ping : Se déplacer pour la peine ? | Pixel à tire-d'aile

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s