Colocataires de fortune

29 janvier 2016

Un trou ou une fente dans un arbre peut devenir un refuge intéressant pour différentes espèces. C’est pourquoi il vaut toujours mieux y jeter un œil (à distance bien sûr) pour vérifier son occupation. Et rien n’empêche la cohabitation.

Il y a un mois, lors du Rencensement des oiseaux de Noël (pour voir l’article, cliquez ICI), mes compagnons et moi avions observé un raton laveur qui piquait un somme dans une large fente d’arbre. La semaine dernière, je retrouvais l’occupant au même endroit, mais cette fois-ci avec un colocataire. Un Écureuil gris de forme noire semblait déterminé à s’y installer. Aujourd’hui, la présence d’un litière de feuilles mortes m’indiquait que le rongeur s’était bel et bien installé. Par contre, nul trace du premier occupant… Aura t-il décidé de rechercher plus de tranquilité ?

SRB_20160123_21025-low

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s