La Mésange, un prédateur ?

21 janvier 2016

On a peine à imaginer que la charmante Mésange à tête noire puisse se comporter comme un prédateur. Durant l’hiver, que l’on soit en forêt ou autour de ses mangeoires, on la voit généralement en quête de graines, riches en lipides. Mais se faire des réserves d’énergie pour combattre le froid ne suffit pas. Elle a aussi besoin de protéines. Elle passe donc beaucoup de temps à chercher de petits insectes dissimulés dans les aspérités de l’écorce des arbres.

Ce matin, alors que je terminais une randonnée dans le parc linéaire de la Rivière Beauport, à Québec, je suis attiré par le son ténu d’un picossement sur un objet sec et creux. Je pense alors à un pic.

Muni de mes jumelles, je scrute les branches autour de moi. J’aperçois alors une Mésange à tête noire en train de travailler à percer le cocon d’un Cecropia, un gros papillon nocturne. À l’automne, sa larve s’enferme dans un cocon fusiforme dans lequel elle se métamorphosera d’ici le printemps prochain.

La petite Mésange à tête noire est donc véritablement un prédateur.

SRB_20160121_20923-low

Juchée sur un cocon de Cecropia, cette Mésange à tête noire tente d’accéder à la chrysalide qui s’y trouve.

Advertisements

Un avis sur « La Mésange, un prédateur ? »

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s